Des infos, des idées, un métier.
tout savoir sur le métier

Ouvrier/ère paysagiste

En région

10 990 personnes exercent ce métier sur les 1 912 620 qui travaillent en région.
-
L’évolution récente sur cinq ans du nombre de professionnels dans ce métier est de – 3,1 % pour + 0,5 % en moyenne tous métiers confondus.
-
5 % des professionnels sont des femmes, elles sont moins nombreuses qu’en moyenne tous métiers confondus (48 %).

Agent du service public ou employé par une entreprise du paysage, l'ouvrier paysagiste aménage et entretient les jardins des particuliers et les espaces verts publics.

La mission de l'ouvrier paysagiste ? Embellir le cadre de vie des citadins et des villageois, grâce à l'aménagement et l'entretien des espaces verts : jardins publics ou privés, ronds-points, jardinières de centre-ville... La profession a le vent en poupe dans les entreprises du paysage et les collectivités publiques. Elle s'adresse aux titulaires d'un CAP agricole ou d'un bac professionnel agricole, au minimum, capables de réaliser parallèlement de petits travaux de génie civil.

Nature du travail

Jardinier du paysage

Cet ouvrier spécialisé est chargé de mettre en place, d'aménager et d'entretenir les espaces verts : parcs, jardins, massifs, terrains de sport. Lorsqu'il participe à leur création, il travaille souvent d'après les plans d'un paysagiste concepteur.

Plantation et protection

Il prépare les sols en retournant la terre, apporte les engrais nécessaires, désherbe... Il effectue ensuite les semis et les plantations de végétaux de toute nature : gazon, plantes, arbres, arbustes. Il protège les végétaux grâce à des bâches, des écorces, des tuteurs, des grillages etc.

Tonte, taille et traitements

Ce professionnel est aussi chargé de l'entretien des espaces verts. Il taille les arbres, les arbustes. Il s'occupe des pelouses (tonte, scarification...), il ramasse les feuilles, débroussaille, désherbe et bine les massifs. Il apporte aux végétaux les éléments nécessaires : eau, engrais, traitements phytosanitaires.

Maçonnerie et électricité

L'ouvrier paysagiste peut conduire des engins tels que des tracteurs-tondeuses, des taille-haies mécanisés... Il réalise parfois des travaux de plomberie, de maçonnerie, de terrassement ou d'électricité lorsqu'il participe à la pose de dalles, de bordures ou de mobiliers urbains. Il peut encore installer des systèmes d'arrosage ou mettre en place des éclairages extérieurs.

Compétences requises

Le sens de l'esthétique

L'ouvrier paysagiste doit parfaitement connaître les végétaux, leur développement et leur entretien. Le métier requiert un certain sens de l'esthétique afin de bien percevoir l'harmonie des formes et des couleurs. Il demande aussi du soin et de la minutie, car les végétaux sont souvent fragiles.

La sécurité avant tout

Ce professionnel doit faire preuve d'une bonne constitution physique pour résister aux aléas climatiques, aux postures parfois délicates et au fait de soulever de lourdes charges. La profession exige aussi un respect strict des règles de sécurité concernant les matériels et les produits utilisés.

Un bon relationnel

La connaissance des techniques de plomberie, de maçonnerie, de terrassement ou d'électricité sont indispensables pour pouvoir réaliser des petits travaux de génie civil. Enfin, l'ouvrier paysagiste doit avoir un bon relationnel pour travailler en équipe et éventuellement communiquer avec les clients ou les usagers.

En région

50 % des professionnels travaillent dans une entreprise du secteur Activités de services administratifs et de soutien. Ils peuvent aussi exercer dans les secteurs Administration publique ; Hébergement médico-social et social et action sociale sans hébergement.
+
52 % travaillent dans des entreprises de moins de 10 salariés, ce qui est plus élevé que la moyenne tous métiers confondus (33 %).
Dans le public ou le privé

L'ouvrier paysagiste peut exercer ses activités dans le cadre d'une entreprise de travaux paysagers, généralement de petite taille (5 à 10 personnes). Mais les emplois se trouvent aussi dans les entreprises publiques ou les collectivités territoriales (mairie, office HLM, hôpital, parc régional, etc.). Il peut travailler, selon les cas, dans une grande ville, un village ou en milieu rural.

Dehors par tous les temps

Il travaille seul ou en équipe sur les instructions d'un chef d'équipe, d'un conducteur de travaux ou du chef d'entreprise. Le métier s'exerce le plus souvent dehors et par tous les temps. Les déplacements sont fréquents. Ce professionnel peut être amené à porter de lourdes charges.

Protection obligatoire

L'ouvrier paysagiste utilise parfois des matériels potentiellement dangereux (tracteurs, tondeuses, tronçonneuses) et des produits (engrais, pesticides...) qui nécessitent de se protéger à l'aide d'ÉPI (équipements de protection individuelle) : casque, masque, gants, lunettes... selon les cas. De même, il lui arrive de travailler en hauteur (pour la taille des arbres).

En région

-
72 % des salariés dans ce métier sont en emploi stable (CDI ou fonctionnaires), ce qui est moins élevé que la moyenne tous métiers confondus (85 %).
=
19 % travaillent à temps partiel, ce qui est proche de la moyenne tous métiers confondus (18 %).
100 % exercent ce métier avec le statut Ouvriers.
-
La moitié des salariés exerçant ce métier en région gagnent plus de 1 450 € net par mois à temps plein, ce qui est moins important que les 1 850 € tous métiers confondus.

Salaire

Salaire du débutant

A partir du Smic et jusqu'à 1900 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Un secteur contrasté

Les citadins aspirent à mettre du vert dans leur environnement. Dans leur jardin comme dans leur ville, ils sont demandeurs d'arbres, de pelouses et de fleurs. Le secteur du paysage a créé beaucoup d'emplois de 2006 à 2016, mais surtout dans les très petites entreprises (certaines ne comptant pas de salariés). En 2017, on comptait 29 100 entreprises du paysage sur le territoire, employant au total 65 600 salariés (dont 77 % d'ouvriers). Ces entreprises travaillent pour les particuliers, les entreprises privées et les collectivités publiques. Toutefois l'économie du secteur à tendance à se contracter, notamment en raison de la baisse des marchés publics.

Dans la territoriale

Les employeurs publics, essentiellement les collectivités territoriales, recrutent, elles, sur concours ou sur contrat. Le concours concerné se nomme agent technique territorial ou agent technique qualifié territorial (catégorie C).

Évolution de carrière

L'ouvrier paysagiste débute comme exécutant et prend ensuite peu à peu du galon. Il peut se spécialiser, par exemple, en préparant un CQP (certificat de qualification professionnelle) en maçonnerie paysagère ou un certificat de spécialisation. Il peut devenir chef d'équipe, avec le niveau bac professionnel au minimum et de l'expérience. Il peut aussi faire le choix de créer sa propre entreprise.

En région

38 % des jardiniers salariés juniors (moins de 30 ans) sont diplômés du niveau CAP-BEP.
100 % des personnes exerçant ce métier sont diplômées de la filière de formation Agriculture, pêche, forêt et espaces verts.

Pour devenir ouvrier qualifié du paysage, un niveau CAP agricole ou bac professionnel agricole est indispensable. Ces diplômes peuvent être complétés par un CS (certificat de spécialisation) jardinier de golf, par exemple.

Après la 3e

CAP agricole jardinier-paysagiste

BPA travaux des aménagements paysagers

Niveau bac

Bac professionnel aménagements paysagers

BP aménagements paysagers

Les formations

213 formations correspondent à ce métier

Les offres d'emploi

Consulter les offres d'emploi correspondantes

La météo de l'emploi

Consulter la Météo de l'Emploi