Des infos, des idées, un métier.
tout savoir sur le métier

Prothésiste dentaire

En région

4 600 personnes exercent ce métier sur les 1 912 620 qui travaillent en région.
+
L’évolution récente sur cinq ans du nombre de professionnels dans ce métier est de + 4,0 % pour + 0,5 % en moyenne tous métiers confondus.
-
46 % des professionnels sont des femmes, elles sont moins nombreuses qu’en moyenne tous métiers confondus (48 %).
Ce métier recrute particulièrement en région.
Je découvre

Le prothésiste dentaire fabrique des prothèses (couronnes, bagues, appareils dentaires). À partir des empreintes prises par le dentiste, il façonne des moules et utilise la céramique, des matériaux composites et des métaux précieux.

Cet artisan conçoit et fabrique des prothèses dentaires. À partir d'empreintes fournies par le dentiste, il réalise des couronnes, des bridges, des appareils d'orthodontie pour redresser les dents. Il façonne différents matériaux (céramique, résine, plastique, plâtre) en utilisant des techniques en évolution constante. Le prothésiste dentaire est habile de ses mains. Il aime la précision et se tient très au fait des nouveaux matériaux et des nouvelles technologies.

Nature du travail

Mouler des maquettes

Les dentistes, stomatologues ou orthodontistes relèvent la première empreinte dentaire de leur client. Ils transmettent au prothésiste dentaire ce moule et les indications de l'appareil dentaire à réaliser. À partir de cette empreinte faite d'une sorte de mastic, le prothésiste fait un moule en plâtre, « objet de travail » qu'il ponce et modèle jusqu'à obtenir l'appareil voulu. Puis il fait une dernière maquette en cire correspondant exactement à la commande.

Fabriquer la prothèse

Après ces étapes de moulage, quand il est bien certain de remplir les préconisations demandées, le prothésiste fabrique le dernier appareil en remplaçant la cire par de la céramique, du métal, de la résine ou tout autre matériau adapté. Il fait les finitions par ponçage, meulage, polissage. Ces opérations peuvent prendre plusieurs heures. Il contrôle très régulièrement chaque intervention, car l'ajustement est défini à bien moins d'un millimètre près.

Poser et réajuster

La prothèse terminée, elle retourne dans les mains du dentiste ou stomatologue pour la pose et l'ajustage. Le prothésiste n'intervient que pour des retouches importantes. En plus des créations de prothèses dentaires, il répare, modifie des appareils dentaires, et réalise des appareils d'orthodontie.

Compétences requises

Habileté et minutie

Le prothésiste dentaire travaille avec une grande dextérité, sans laisser aucun détail au hasard. Il aime travailler avec minutie sur des objets de toute petite taille : grâce à une grande habileté manuelle, ses gestes sont très fins et ciblés.

Sens esthétique

En plus de ces qualités d'attention visuelle soutenue et de rigueur d'exécution, il n'oublie pas le respect scrupuleux des règles d'hygiène dans la conception et l'assemblage des prothèses. Son talent et son adresse sont étayés par de l'observation et un sens de l'esthétique. Chaque bouche présente en effet une morphologie particulière, à laquelle il convient de s'adapter en faisant preuve de créativité.

Un esprit curieux

Ce métier exige une excellente vue pour travailler sur de petites pièces, différencier nuances et couleurs, percevoir des formes et des reliefs sur une toute petite échelle. Le prothésiste dentaire est attentif et ouvert aux nouvelles technologies. Il s'adapte pour suivre les évolutions techniques, les nouveaux matériaux, ainsi que les nouveaux logiciels d'aide à la conception et à la fabrication d'appareils.

En région

59 % des professionnels travaillent dans une entreprise du secteur Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles. Ils peuvent aussi exercer dans les secteurs Autres industries manufacturières ; réparation et installation de machines et d'équipements.
+
83 % travaillent dans des entreprises de moins de 10 salariés, ce qui est plus élevé que la moyenne tous métiers confondus (33 %).
Souvent salarié

Le prothésiste dentaire exerce principalement comme salarié en laboratoire de fabrication de prothèses dentaires. Les horaires de travail sont réguliers, sans exclure parfois des urgences à assurer. Il est très rarement salarié d'un cabinet dentaire. Cela supposerait que ce cabinet de soins dispose de son propre laboratoire de prothèses dentaires, ce qui est peu fréquent. De même, les prothésistes dentaires exercent rarement à l'hôpital.

Une activité plutôt solitaire

Très manuel, le prothésiste dentaire travaille seul, assis face à un établi bien éclairé. Il utilise des loupes, des instruments extrêmement fins et précis, sous une lumière artificielle lui donnant de très bonnes conditions de visibilité. Son atelier est lumineux et bien ventilé. Chaque prothésiste réalise lui-même entièrement la prothèse qui lui a été confiée. Le prothésiste ne rencontre pas les patients pour lesquels il réalise des appareils. Il est en contact uniquement avec ses commanditaires (dentistes, orthodontistes) et ses fournisseurs.

S'installer à son compte

Après quelques années d'expérience et la qualification nécessaire, les prothésistes peuvent s'installer à leur compte. Cette solution est choisie quand les conditions matérielles et les perspectives commerciales sont favorables. Un professionnel confirmé peut également devenir prothésiste dentaire qualifié ou hautement qualifié, voire chef de laboratoire.

En région

+
88 % des salariés dans ce métier sont en emploi stable (CDI ou fonctionnaires), ce qui est plus élevé que la moyenne tous métiers confondus (85 %).
-
11 % travaillent à temps partiel, ce qui est inférieur à la moyenne tous métiers confondus (18 %).
100 % exercent ce métier avec le statut Professions intermédiaires.
+
La moitié des salariés exerçant ce métier en région gagnent plus de 2 050 € net par mois à temps plein, ce qui est plus important que les 1 850 € tous métiers confondus.

Salaire

Salaire du débutant

1770 euros brut par mois pour un débutant titulaire du bac professionnel ; 2100 euros brut pour le titulaire d'un BTS.

Intégrer le marché du travail

Surtout en laboratoire

On dénombre environ 6 000 laboratoires de fabrication de prothèses dentaires employant 85 % des professionnels diplômés.

Une situation moins favorable

Sur les 6 millions de prothèses posées chaque année, on estime à environ 2 millions celles qui seraient fabriquées à l'étranger. Face à cette concurrence internationale, le secteur recherche en permanence des améliorations, aussi bien sur le plan technique (matériaux, procédés de calcul et de fabrication...) que sur le plan commercial. La demande en prothèses dentaires reste cependant assez stable.

Devenir indépendant

Après quelques années d'expérience, le prothésiste peut reprendre ou créer son laboratoire. Compte tenu de la concurrence, l'installation doit être très bien préparée. La responsabilité du prothésiste évolue vers la gestion administrative courante (stocks, moyens techniques et financiers, ressources humaines) et l'organisation de la production.

En région

60 % des spécialistes de l'appareillage médical juniors (moins de 30 ans) sont diplômés d'études supérieures.
85 % des personnes exerçant ce métier sont diplômées de la filière de formation Santé, elles peuvent aussi être diplômées de la filière Sciences humaines appliquées ; Formations générales (bac).

Pour exercer ce métier, il est indispensable d'obtenir le bac professionnel prothèse dentaire. Accessible après la 3e, il est le point d'entrée dans la filière, et débouche sur des postes de technicien, sous l'autorité d'un supérieur hiérarchique ou d'un chef de laboratoire. Il peut être complété par le BTS prothésiste dentaire qui permet de devenir à la fois un technicien hautement qualifié dans la conception de prothèses, et un véritable chef d'entreprise, capable de gérer un laboratoire.

Ceux qui visent un poste à responsabilité peuvent aussi choisir la filière artisanale en préparant le BTM (brevet technique des métiers ; en 3 ans après un bac général, ou en 1 an après le bac pro prothèse dentaire), puis le BTMS (brevet technique des métiers supérieur ; en 2 ans après le BTM, reconnu à bac + 2).

Niveau bac

Bac pro prothèse dentaire

BTM prothésiste dentaire

Niveau bac + 2

BTMS prothésiste dentaire

BTS prothésiste dentaire

Les formations

41 formations correspondent à ce métier

Les offres d'emploi

Consulter les offres d'emploi correspondantes

La météo de l'emploi

Consulter la Météo de l'Emploi