Des infos, des idées, un métier.
tout savoir sur le métier

Technicien/ne thermicien/ne

En région

16 250 personnes exercent ce métier sur les 1 912 620 qui travaillent en région.
+
L’évolution récente sur cinq ans du nombre de professionnels dans ce métier est de + 5,1 % pour + 0,5 % en moyenne tous métiers confondus.
-
5 % des professionnels sont des femmes, elles sont moins nombreuses qu’en moyenne tous métiers confondus (48 %).
Ce métier recrute particulièrement en région.
Je découvre

Le technicien thermicien est un spécialiste des installations de chauffage, de production d'énergie et de climatisation. Il contrôle, régule, installe et assure la maintenance d'équipements chez les clients en respectant les normes environnementales.

Le technicien thermicien est le spécialiste des installations de chauffage, de production d'énergie et de climatisation. Il peut travailler dans différentes structures : dans un bureau d'études, un service d'installation et d'exploitation de chaufferies, chez un constructeur d'équipements thermiques ou encore comme technico-commercial dans une entreprise de fabrication. Ses activités sont variées : contrôle et régulation de la température, installation et maintenance de matériels ou d'équipements chez les clients en respectant les normes environnementales.

Nature du travail

Conception

En bureau d'études ou chez un constructeur d'équipements thermiques, le technicien thermicien participe à la conception d'un produit industriel ou d'une installation thermique (four, chaudière etc.). Il établit le cahier des charges, les plans, les schémas et rédige le dossier technique comprenant des informations sur les matériaux, la puissance, l'énergie qui sera utilisée. Il réalise ensuite des prototypes en utilisant des logiciels spécialisés.

Installation

En atelier ou sur un chantier, le technicien thermicien peut suivre des travaux : montage d'équipements, installation frigorifique. Il assemble alors les composants, effectue les raccordements et les divers branchements. Il effectue ensuite des tests avant d'apporter d'éventuelles modifications. Puis, il procède au réglage et à la mise en service.

Maintenance

Chargé de la maintenance, il planifie les opérations d'entretien. Il effectue des prélèvements dans le cadre de diagnostics préventifs de pannes. En cas de panne, le technicien thermicien en détecte au plus vite l'origine. Il établit un devis, commande des pièces et s'occupe de la réparation afin de remettre l'appareil en service. Il peut aussi proposer une amélioration sur les installations existantes pour optimiser leur rendement et diminuer la consommation d'énergie.

Compétences requises

Un scientifique à l'écoute

De solides connaissances en électronique, en physique et en informatique sont indispensables pour devenir technicien thermicien. Si les compétences exigées varient selon les fonctions occupées, l'esprit de service demeure commun. La relation avec le client est essentielle, il faut donc avoir le sens du contact, savoir négocier et communiquer.

Bonne santé et esprit déductif

Une bonne résistance physique s'avère nécessaire pour devenir technicien thermicien. En maintenance, il faut se déplacer souvent et assurer des permanences, de jour comme de nuit. Un esprit de déduction permet de réagir rapidement en cas de panne.

Mise à jour des connaissances

Dans un contexte où la maîtrise des dépenses d'énergie est une priorité, l'évolution des technologies oblige à mettre à jour ses connaissances en permanence : automatismes, régulation, technique des fluides, notions scientifiques sur l'environnement. La maîtrise des normes réglementaires en thermique est indispensable, de même que celle des logiciels de CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur).

En région

17 % des professionnels travaillent dans une entreprise du secteur Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles. Ils peuvent aussi exercer dans les secteurs Construction ; Autres industries manufacturières ; réparation et installation de machines et d'équipements ; Transports et entreposage ; Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné.
+
29 % travaillent dans des entreprises de 10 à 49 salariés, ce qui est plus élevé que la moyenne tous métiers confondus (22 %).

Seul ou à plusieurs

Le thermicien travaille souvent en équipe, au sein du bureau d'études, sous la direction d'un chef de projet. Dans ce cas, le technicien thermicien est entouré de coéquipiers. Il est souvent seul, en revanche, lorsqu'il installe un équipement.

Déplacements possibles

Lorsqu'il s'occupe de l'installation et de la maintenance des équipements, il est amené à se rendre sur des chantiers très éloignés, parfois pour une longue durée. Dans certains cas, cette activité s'exerce même la nuit, afin de ne pas perturber les usagers des systèmes existants.

Des fonctions diverses

La thermique est la partie physique qui traite de la production, de la transmission et de l'utilisation de la chaleur. Au quotidien, le travail du technicien thermicien va dépendre de la fonction qu'il occupe dans l'un des 3 domaines suivants : la thermique industrielle, le génie climatique (chauffage, ventilation, conditionnement de l'air) et le froid. Il peut aussi bien travailler en maintenance sur un site industriel qu'en conception dans un bureau.

En région

+
93 % des salariés dans ce métier sont en emploi stable (CDI ou fonctionnaires), ce qui est plus élevé que la moyenne tous métiers confondus (85 %).
-
3 % travaillent à temps partiel, ce qui est inférieur à la moyenne tous métiers confondus (18 %).
100 % exercent ce métier avec le statut Professions intermédiaires.
+
La moitié des salariés exerçant ce métier en région gagnent plus de 2 270 € net par mois à temps plein, ce qui est plus important que les 1 850 € tous métiers confondus.

Salaire

Salaire du débutant

2160 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Un horizon de débouchés

Le technicien thermicien travaille dans les centrales thermiques ou les chaufferies pour logements et bureaux. Les centrales de cogénération combinant la production d'énergie et de chaleur (chez Engie, Naldeo Group, etc.) ou les centrales de chauffage urbain nécessitent de nombreux techniciens. Le technicien thermicien peut travailler dans l'industrie de production d'énergie (centrales nucléaires, turbines à gaz) mais aussi dans la chimie, l'automobile, etc.

Une demande croissante

Face à la prise de conscience relative aux économies d'énergie, les offres d'emploi se multiplient dans le domaine de la protection de l'environnement et du développement durable. Même si cette profession ne concerne pas directement ce secteur, le souci des économies d'énergie demeure l'objectif principal.

De multiples perspectives

Dans les sociétés d'exploitation et maintenance de chaufferies, le technicien thermicien peut accéder à des fonctions d'encadrement avec l'expérience. Il deviendra ainsi adjoint, chef de centrale, responsable d'agence ou chef de secteur. En bureau d'études, il pourra devenir chef de projet. Les entreprises de fabrication (de brûleurs, chaudières, fours industriels...) embauchent des technico-commerciaux pour vendre leurs produits à une clientèle et pour la fidéliser.

En région

44 % des techniciens et agents de maîtrise de la maintenance et de l'environnement juniors (moins de 30 ans) sont diplômés d'études supérieures.
46 % des personnes exerçant ce métier sont diplômées de la filière de formation Formations industrielles, elles peuvent aussi être diplômées de la filière Fonctions transversales de la production ; Moteurs et mécanique auto.

Le niveau d'entrée pour un poste de technicien thermicien se situe à bac + 2.

Niveau bac + 2

BTS fluides, énergies, domotique, option A génie climatique et fluidique ; option B froid et conditionnement d'air ; maintenance des systèmes, option B systèmes énergétiques et fluidiques

Niveau bac + 3

BUT métiers de la transition et de l'efficacité énergétique ; génie civil-construction durable (parcours réhabilitation et amélioration des performances environnementales des bâtiments notamment)

Licence professionnelle métiers de l'énergétique, de l'environnement et du génie climatique

Les formations

66 formations correspondent à ce métier

Les offres d'emploi

Consulter les offres d'emploi correspondantes

La météo de l'emploi

Consulter la Météo de l'Emploi